Le corps de Damião Gomes Mabiala, est toujours à Morgue de l’hôpital  »da Alzira da Fonseca », sans date des funérailles. Car le commandant municipal de Buco-Zau, Tony Kuala, en collaboration avec le SIC Cabinda, représentant du directeur provincial adjoint de la zone économique, M. Pembele a accepté de procéder à l’autopsie le 4 août 2020, sans la déclaration du procureur provincial dans laquelle la famille a demandé le 30 juillet 2020.

Même ainsi, l’autopsie référée a été réalisée par un médecin légiste nommé Rogeiro, en l’absence de la famille et de son avocat, le Dr Arão Tempo.

Il est à noter que :

Deux (2) agents de la police nationale affectés au commandement municipal de Buco-Zau ont causé la mort d’un citoyen qui s’appelait Damião Gomes Mabiala, 25 ans, dans la forêt de Mbuli, village de Binga, municipalité de Buco-Zau, alors qu’il faisait l’extraction de l’or, sur la rivière Luali, à l’embouchure de la rivière Luetshi, le 25 juillet 2020, à midi.

Lesdeux agents en question suivait deux (2) membres du personnel de la société TELESERVICE SA – Private Security and Services, qui travaillent dans la société Mineração Luali, lorsqu’ils ont rencontré Damião Gomes Mabiala et Paulo Inácio Venâncio Teco résidant dans le village mentionné ci-dessus, lorsqu’ils ont tiré deux coups de feu avec une arme à feu, du type, Mini usage. Le collègue s’étant échappé, a alors entendu les cris de Damião Gomes Mabiala, « aïe ! Ma mère, aïe ! Ma mère », qui s’est rendu compte qu’il était touché mortellement. Damião Gomes Mabiala était tombé dans l’eau, à une profondeur où l’eau atteignait au-dessus de sa taille. Les quatre membres du personnel (4) l’ont porté avec leurs mains sur une distance d’environ deux kilomètres (2 km) à pied, puis ont appelé un chauffeur qui l’a transporté à l’hôpital Alzira da Fonseca / Buco-Zau, où des heures plus tard, il a perdu la vie.

Les quatre (4) membres du personnel ont affirmé ne pas avoir tiré des coups de feu ayant tué le citoyen, seulement, c’était pour les disperser.

Selon le personnel, la cause du décès est liée à l’accident contre un pédoncule qui a percé le côté droit du ventre près de la région du nombril, provoquant un gonflement du côté gauche de la même région, alors qu’il s’enfuyait.

Après les déclarations des quatre membres du personnel, la famille demande qu’une autopsie soit pratiquée, ce qui a conduit à l’annulation de l’enterrement le 29 juillet, en attendant les résultats de l’autopsie pour trouver la charge de la preuve.

Cabinda, 21 août 2020

Source du Communiqué : ASSOCIATION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE DES DROITS DE L’HOMME ADCDH

YouTube
%d blogueurs aiment cette page :