C’était une autre des promesses du MPLA, en ces temps de mondialisation et de mondialisation après tant d’autres promesses idéologiques telles que: “Le MPLA est le peuple et le peuple est le MPLA.” Et comme : “La chose la plus importante est de résoudre les problèmes du peuple.”

De toutes ces promesses idéologiques et électorales, le Peuple n’était nullement envisagé, considéré ou entendu et respecté selon lui, comme Souverain d’abord. J’espère que si vous mentez dans l’aventure, quelqu’un pourra utiliser le droit d’adversaire ou d’opinion. Nous allons donc passer à un débat démocratique et ouvert. Le défi se lance.

En ce moment où tout le monde, en Angola et dans le monde entier, a attendu une rénovation ou une modernisation angolaise majeure et un “agiornamento” du MPLA, rien ne s’est passé comme le disait une Fable de Fedro. “Mons parturiens… À ille peperit murem…” C’est la triste réalité en Angola en général et à Cabinda en particulier. La vraie opinion est que le président très découragé José Eduardo Dos Santos manque beaucoup au peuple angolais, au point que le peuple veut son retour au commandement de la République. En réalité, il est dit: “Ce qui était bien s’est aggravé et ce qui était mauvais est terrible”. Le MPLA actuel, ainsi que son président et le président de la République, ont malheureusement désapprouvé même avec son idéologie de lutte avec les “Marimbondos” car il a promis qu’avec: “… Avec le million de personnes, personne ne peut gagner …”

La réalité socio-économique et politique prouve le contraire de tout ce qu’il a fait de propagande, dirait-il une promesse électorale. Tout est terrible dans tous les plans au point de ne pas trouver la stabilité du gouvernement au sein du MPLA. En quelques années, le gouvernement a changé plus de deux fois, pourquoi?! Cela les interroge, comme disent les Anglais.

Le moment est venu pour tous les Angolais de comprendre que le “bien de toute la nation angolaise” est en jeu et non le fanatisme d’un parti qui ne peut plus traiter la maladie ou la pathologie angolaise. Le médicament «MPLA» a expiré. Cherchons un autre médicament pour le bien de l’Angola. Que les Angolais, Souverains, prennent d’abord leurs responsabilités pour leur bien. Assez de fanatisme suicidaire. Nous craignons les responsabilités car notre avenir et tout notre avenir sont en jeu. Dire cela est un droit inaliénable et même constitutionnel. La vérité doit être dite et quiconque a, dans l’exercice de sa liberté, des arguments contraires et opposés peut évidemment utiliser le droit de l’adversaire et la réponse. Et toute personne qui veut une preuve peut la demander et je vais donner quelques exemples.

Puisse l’État démocratique et légal vivre

Cabinda, le 23 juin 2020.

Père Félix Roberto Cubola Kinyumba

YouTube
%d blogueurs aiment cette page :