Le Front de libération de l’État de Cabinda – Forces armées de Cabinda (FLEC-FLAC) a accusé les Forces armées angolaises d’avoir lancé une “opération militaire contre un groupe de civils non armés” sur le territoire de la République démocratique du Congo (RDC), au cours de laquelle six personnes ont été tuées.

Dans un communiqué envoyé à VOA vendredi 2, l’organisation indépendante révèle que quatre des victimes ont été décapitées.

Des civils étaient soupçonnés d’être des soldats du FLEC-FAC et ont été attaqués près de la frontière de Yema-di-Yanga et Mbaka-Khosi dans le secteur de Kakongo dans la province du Kongo-Central jeudi 1, selon la note.

«Le village de Kinkiama est soupçonné d’être la base arrière du FLEC-FAC, selon les autorités angolaises», indique le haut commandement militaire des FAC qui «dénonce l’incursion de soldats angolais sur le territoire congolais, sous prétexte de chasser les soldats du FLEC du Cabinda “.

L’organisation rappelle cependant qu’elle n’a pas de base en RDC.

Le gouvernement angolais n’a pas réagi aux plaintes, comme il l’a toujours fait lorsque le FLEC-FAC publie des rapports sur les combats au Cabinda et à la frontière avec la RDC.

Source : VOA Portugues

YouTube
%d blogueurs aiment cette page :