Les indépendantistes de Cabinda demandent à la SADC de condamner “l’administration illégale” de la province

Lisbonne – Le mouvement indépendantiste du Front de Libération de l’État de Cabinda a appelé aujourd’hui la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC) à condamner et à tenir l’Angola pour responsable «depuis le 11 novembre 1975, à administrer illégalement l’État du Cabinda».

Source : Lusa

Dans une déclaration, «le gouvernement de Cabinda dans les zones libres de Cabinda, le Front de Libération de l’État de Cabinda et les Forces Armées de Cabinda (FLEC / FAC)» a salué le succès du 40e Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la SADC , qui se déroule aujourd’hui, avec la participation du Président de la République, João Lourenço.

Le mouvement indépendantiste considérait le sommet de la SADC comme «un forum responsable de l’orientation politique générale et du suivi des fonctions de la communauté», étant donc «l’institution suprême dans la prise de décision politique de l’organisation»

En ce sens, les séparatistes ont appelé à une intervention de la SADC dans la situation à Cabinda, qui, selon eux, du fait de l’administration angolaise, a rendu «l’indépendance de ce territoire de l’Afrique centrale, ancien protectorat et colonie du Portugal (1885-1933) non viable».

«Nous appelons les chefs d’État et de gouvernement de la SADC à être des politiciens impartiaux et des bastions de la paix, de la justice, de la liberté, de l’indépendance et des droits de l’homme, condamnant, le cas échéant, le colonialisme ou le néocolonialisme, la violence armée et au pillage des ressources naturelles, sous des prétextes politiques infondés, condamnant la politique colonialiste et militariste de l’Angola dans le conflit politique de Cabinda », font-ils référence dans la note.

Pour le FLEC, «la politique d’occupation de l’Angola sur le territoire de Cabinda est une menace pour la paix et l’harmonie des pays d’Afrique centrale, en particulier les Congo voisins de Brazzaville et Démocratique, systématiquement envahis par les Forces armées angolaises – FAA, qui n’épargnent même pas les centres des réfugiés cabindais, à la poursuite des forces de résistance ».

La note se termine par la réaffirmation de «l’ouverture permanente à un dialogue inclusif et honnête sur le conflit politico-militaire à Cabinda».

Le 40e Sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la SADC se déroule aujourd’hui par vidéoconférence, sous le thème «SADC – 40 ans de construction de la paix et de la sécurité et de promotion du développement et de la résilience face aux défis mondiaux».

L’Angola participe avec une délégation de haut niveau, dirigée par le Président de la République, comprenant le ministre des Affaires étrangères, Téte António, et d’autres membres de l’exécutif.

Selon une déclaration du ministère des Affaires étrangères, le sommet de la SADC est responsable de l’orientation politique générale et du suivi des fonctions communautaires, ce qui en fait une institution décisionnelle suprême dans la région.

L’organisation régionale créée le 17 août 1992 à Windhoek, capitale de la Namibie, vise à promouvoir une croissance et un développement économique et durable, à réduire la pauvreté, à améliorer la qualité de vie des populations de la région et à apporter une aide aux plus démunis.

Club-K

YouTube
%d blogueurs aiment cette page :