Le Front de Libération de l’État du Cabinda (FLEC-FAC) a demandé aujourd’hui à la nouvelle administration américaine de soutenir sa lutte pour l’autodétermination du territoire, exhortant les Nations Unies (ONU) à promouvoir un référendum.

La direction politico-militaire du FLEC-FAC appelle la nouvelle administration américaine et le président Joe Biden à soutenir un processus qui mène à l’autodétermination du Cabinda“, a déclaré l’organisation dans un communiqué à l’occasion du 136e anniversaire du traité de Simulambuco.

Signé le 1er février 1885 entre le gouvernement portugais et les autochtones cabindais, le traité de Simulambuco a scellé la création d’un protectorat portugais, dans lequel le Portugal s’est engagé à maintenir l’intégrité des territoires.

Dans la même déclaration, le mouvement appelle également le secrétaire général des Nations Unies (ONU), António Guterres, à “organiser un référendum sur l’autodétermination libre et juste du Cabinda“.

Le droit du peuple cabindais à l’autodétermination est un droit fondamental, le Cabinda n’est pas une province de l’Angola, mais un protectorat portugais jusqu’à aujourd’hui“, souligne le communiqué signé par le secrétaire général de l’organisation, Jacinto António Télica.

Les indépendantistes expriment “l’espoir” que l’administration du président Joe Biden “aidera la région à résoudre ce problème dans le cadre de la légalité internationale“.

Dans le même sens, ils appellent la communauté internationale «à assumer ses responsabilités historiques pour l’autodétermination du peuple du Cabinda».

Le gouvernement portugais trouvera un rôle à sa mesure dans le soutien de ce processus“, conclut le communiqué.

Les appels du FLEC-FAC interviennent le jour même où la police angolaise a arrêté six militants et a empêché une manifestation devant l’ambassade du Portugal à Luanda pour exiger que le Portugal respecte l’accord qui a permis l’indépendance de l’enclave.

Les indépendantistes du Cabinda affirment que le territoire était une colonie indépendante du Portugal et aurait dû être traité comme tel dans le processus d’indépendance de l’Angola.

En revanche, le territoire d’où est extraite la plus grande partie du pétrole angolais est devenu une province angolaise.

Source : angola24horas.com

YouTube
%d blogueurs aiment cette page :