L’expert en défense et en sécurité Luís Brás Bernardino estime que le conflit du Cabinda est ”un problème essentiellement africain” et que le Portugal ne devrait pas être impliqué, car il serait difficile de maintenir la neutralité. Il convient de se demander : depuis quand la neutralité était-elle essentielle, importante ou même quelque chose à considérer pour le Portugal ?

Le territoire du Cabinda, annexé par l’Angola et transformé en sa province (comme l’Indonésie l’a fait par rapport au Timor-Est), est une enclave délimitée par la République démocratique du Congo et l’océan Atlantique, il est le théâtre d’un conflit armé mené par le mouvement indépendantiste du FLEC-FAC, qui a, ces dernières semaines, fait état de plusieurs affrontements avec les forces angolaises dans les zones frontalières et a appelé à une médiation internationale pour trouver une solution pacifique.

Les indépendantistes affirment, à juste titre, que l’enclave était un protectorat portugais, tel qu’établi dans le Traité de Simulambuco, signé en 1885, et ne faisait pas partie intégrante du territoire angolais.

S’adressant à Lusa, le professeur et chercheur du Centre d’études internationales de l’ISCTE – Instituto Universitário de Lisboa a déclaré que ”le Portugal est manifestement lié à ce problème depuis le début”, mais estime qu’il est difficile de maintenir ce qui est recherché pour un tiers qui c’est la neutralité dans le processus.

Mais depuis quand le Portugal est-il un tiers ? Le Portugal est, depuis 1975, la seule et seule partie intéressée. C’est un oui.

Il ne serait pas facile, ni souhaitable, d’intervenir en tant que médiateur pour un dialogue dans lequel vous êtes finalement trop compromis par votre lien historique avec le Cabinda et l’Angola”, souligne le lieutenant-colonel Luís Brás Bernardino, avec des ouvrages édités sur la question de la défense et de la sécurité en Angola et est également membre de l’Observatoire politique.

L’universitaire soutient que pour le moment “c’est un problème essentiellement africain” et qu’il s’agirait d’une organisation comme l’Union africaine, le médiateur le plus positionnel et le mieux à même d’intervenir, si telle était la solution adoptée, comme l’entend le FLEC.

Je considère beaucoup la question des frontières terrestres et maritimes en Afrique comme un problème essentiellement africain et cela passe nécessairement par une résolution africaine”, a-t-il souligné.

Il a également souligné que “les incidents ne sont pas nouveaux“, et que l’action du FLEC, qui veut rendre le territoire autonome, va dans le sens de placer la question du Cabinda sur une orbite non seulement angolaise, mais régionale.

Ces actions qui sont menées ont cet objectif, déstabiliser et donner plus de visibilité et de visibilité à la question du Cabinda et le plus rapidement possible passer à une dimension régionale et internationale“, a t-il suggéré.

Le différend interne “a conduit à une gestion politico-diplomatique de la part de l’Angola, avec des accords plus ou moins camouflés, afin de ramener un peu de calme dans la région et de ne pas évoluer vers le plan régional et international“, a-t-il ajouté.

Bien que les tensions ne soient pas nouvelles, Luís Bernardino admet qu’elles peuvent d’une manière ou d’une autre s’intensifier et créer des tensions régionales avec la République démocratique du Congo et le Congo, non seulement en raison de la proximité des frontières, mais parce que de nombreuses personnes qui vivent au Cabinda ont famille et relations avec ces pays.

Cependant, l’Angola tentera ”à tout prix” pour que ce conflit ne dépasse pas ses frontières.

C’est un problème interne pour l’Angola. De toute évidence, les FLEC, qui sont de l’autre côté, veulent une médiation régionale ou que d’une certaine manière cela peut être vu comme un différend international”.

Quant à l’Angola, il n’admettra guère une médiation internationale qui ”ne l’intéresse pas du tout” car ce serait admettre que le conflit existe et qu’il s’aggraverait vers une sphère internationale, a estimé l’expert, comparant le cas à ce qui se passe avec l’Espagne et le différend Catalogne, où l’Espagne n’est pas non plus intéressée par la médiation internationale.

Cette semaine, un chef du principal parti d’opposition angolais, l’UNITA, a déclaré que c’était “une vraie folie” pour le gouvernement angolais de nier l’existence du conflit au Cabinda.

Il est insensé d’appeler cela un incident, ce n’est pas un incident, il y a un conflit militaire qui se déroule au Cabinda”, a déclaré le vice-premier ministre du gouvernement fantôme de l’UNITA, Raul Danda, critiquant également le rôle du Portugal dans ce processus, qui fait face “avec beaucoup de douleur et de tristesse“.

Du Timor-Est au… Cabinda

Le 30 août 1999, le référendum a eu lieu au Timor-Est. Le résultat de ce référendum a été une réponse naturelle et retentissante que les Timorais ont donnée à l’Indonésie et à la communauté internationale : oui, ils voulaient être libres, indépendants, loin de l’identité et de la soumission aux bourreaux, bourreaux et assassins indonésiens. Le Cabinda attend toujours un référendum pour que son peuple puisse dire ce qu’il veut.

Libéré du régime criminel de Suharto – un général qui, pour s’imposer dans le pays, avait déjà assassiné des dizaines de milliers de ses compatriotes au fil des ans hérités du colonialisme néerlandais au fil des ans.

La réponse sans équivoque des Timorais au référendum a été à plus de 78% en faveur de l’indépendance du Timor-Est, en faveur de la libération de Timor Lorosae du joug des envahisseurs.

C’est alors que les milices pro-indonésiennes ont réagi criminellement, avec les violences qui ont coûté la vie à plus de 1 400 personnes, selon les chiffres officiels (bien sûr, il y en avait plus). C’était une terreur coordonnée par l’armée et la police indonésiennes. Un autre crime contre les Timorais qui est resté impuni.

Au cours de cette période de meurtres aveugles, après avoir appris les résultats du référendum, la terreur a été documentée par la presse internationale qui s’était rendue au Timor-Est. C’était remarquable, voire traumatisant, l’impuissance, l’angoisse et la révolte, la tristesse, de ceux qui voyaient partout dans le monde de telles images de sauvagerie des forces pro-indonésiennes en complicité avec des généraux, d’autres officiers militaires de haut rang et les différentes polices du régime de Suharto. Des entités qui ont échappé à leurs crimes en toute impunité, ainsi que la plupart des meurtriers filmés et photographiés, mutilant et assassinant des Timorais simplement parce qu’ils voulaient et voulaient être libres dans leur patrie, le Timor-Est.

Aujourd’hui, le Timor-Est est libre, indépendant et démocratique. De 1999 à aujourd’hui, tous les Timorais ont fait beaucoup. Après avoir été laissé avec un pays complètement détruit, brûlé par les criminels d’Indonésie, voici, une jeune nation se lève, ce qui, dans une petite demi-île, est à bien des égards un exemple positif pour le monde, avec ses habitants comme protagonistes.

Il est évident que beaucoup reste à faire pour améliorer la vie quotidienne des Timorais. Il est urgent de lutter contre la corruption, la criminalité économique, l’enrichissement effréné et injustifié de certaines élites qui sont l’une des principales causes des besoins alimentaires, d’infrastructure et de santé, entre autres, qui touchent environ la moitié des Timorais.

Parce que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, nous devons espérer le meilleur pour l’avenir du Timor-Est. Le meilleur consiste à surmonter le chômage et nombre des difficultés actuelles auxquelles est confrontée la population, plus de la moitié de sa population. Peut-être 800 000 dans une population d’environ 1,3 million.

Et un référendum au Cabinda ?

Le 28 avril 2011, SIC – Notícias (Portugal) a publié – comme beaucoup d’autres médias – le texte suivant :

Le soutien du Portugal à un référendum sur l’avenir de l’enclave angolaise du Cabinda est très important, même pour que cette question ne soit pas négligée”, affirme le journaliste Orlando Castro.

Le journaliste a abordé la question de l’enclave du Cabinda, dans le livre ”Cabinda, Ontem Protectorado, Hoje Colónia, Amanhã Nação”, qui sortira vendredi à Lisbonne et le 5 mai à Porto.

L’objectif (du livre) est, en fait, d’avertir de la nécessité pour les habitants du Cabinda d’être entendus sur ce qu’ils veulent pour l’avenir de leur terre“, a-t-il déclaré à Agência Lusa Orlando Castro.

Tout au long de l’ouvrage, l’auteur déclare avoir eu recours aux traités conclus entre le Cabinda et le Portugal avant le 25 avril, à savoir celui de Simulambuco, signé en 1885 et qui plaçaient le Cabinda sous protectorat portugais.

L’objectif du livre est aussi de contribuer à ce que la question du Cabinda ne tombe pas dans l’oubli et que, surtout au Portugal, mais aussi en Angola, comprenne que le Cabinda n’est pas, du moins à mon avis, une province de l’Angola”, a souligné le journaliste.

Le livre analyse également, selon l’auteur, ”ce qui s’est passé au moment de l’indépendance de l’Angola (1975), dans lequel le Portugal n’a pas reconnu le mouvement, à savoir le FLEC (Front pour la Libération de l’Etat / Enclave du Cabinda), qui a lutté pour Cabinda pour que ce statut de protectorat soit reconnu”.

(Le livre) apporte un regard critique sur les principales personnalités portugaises et angolaises qui ont laissé le sujet en arrière-plan, essayant de faire écho aux accords qui étaient en vigueur à l’époque (de l’indépendance de l’Angola)“, a-t-il déclaré.

Selon Orlando Castro, le Portugal, par le biais des accords d’Alvor (signés en 1975), a reconnu l’indépendance de l’Angola et violé les accords internationaux, privant le peuple du Cabinda du droit d’être considéré comme un territoire différent de l’Angola.

Le Portugal, en tant qu’ancienne puissance coloniale, dans le cas de l’Angola, et qui a signé les accords de protectorat, dans le cas du Cabinda, ne doit pas oublier que les droits du peuple du Cabinda ne prescrivent pas et devraient faire pour Cabinda ce qu’il a fait pour le Timor-Est Est”, a-t-il ajouté.

Selon Orlando Castro, “le Portugal devrait lutter diplomatiquement et politiquement pour qu’il y ait un référendum au Cabinda, dans lequel le peuple puisse choisir son avenir, éventuellement continuer comme une province d’Angola, une région autonome ou un pays indépendant”.

Remarque : Orlando Castro est notre directeur adjoint.

Source : Folha8 avec Lusa et «Timor Agora»

YouTube
%d blogueurs aiment cette page :