Luanda – Après plus de quatre décennies de lutte, flec est officiellement reconnu comme un groupe armé ou rebelle à Cabinda. Pendant ce temps, l’Angola intensifie la pression sur la résistance armée. La reconnaissance du conflit anime les débats sur la dynamique cohérente d’un règlement pacifique du différend entre Cabinda et Luanda.

Source : Folha8

La reconnaissance a été rendue publique le 1er mai dernier par le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres. Selon ABC News, 16 groupes armés ont répondu positivement à l’appel du chef de l’ONU en faveur d’un cessez-le-feu mondial pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

En développant la « er » de l’actualité, cette division du journalisme de l’American Broadcasting Company a mis en évidence l’emplacement des groupes armés mentionnés par António Guterres : Yémen, Myanmar, Ukraine, Philippines, Colombie, Angola, Libye, Sénégal, Soudan, Syrie, Indonésie et Haut-Karabakh. Et le groupe armé ou rebelle en Angola a été identifié dans le document rendu public par le Secrétaire général de l’ONU comme le Front de libération de l’enclave de Cabinda (FLEC).

La reconnaissance du conflit à Cabinda fait suite à l’appel lancé par António Guterres en faveur d’un « cessez-le-feu mondial immédiat » dans tous les conflits afin de préserver la vie des civils face à la « fureur » de la pandémie de Covid-19. Soulignant son appel, António Guterres a déclaré: « Posez vos armes, faites taire vos armes, arrêtez les frappes aériennes. Mettons fin au fléau de la guerre et combattons la maladie qui afflige le monde. Cela commence avec la fin des combats. Partout. Partout. Tout de suite.

L’appel a été lancé le lundi 23 mars; et le 13 avril 2010, le FLEC a répondu positivement à l’appel à un cessez-le-feu.

Toutefois, la déclaration d’António Guterres sur l’existence du conflit à Cabinda est ce que le président angolais João Lourenço n’a jamais voulu entendre de l’ONU, étant habitué à couvrir le soleil avec le tamis. Ainsi, toujours habitué à courir d’un côté à l’autre pour convaincre qu’il n’y a plus de conflit à Cabinda, il a mobilisé son arsenal militaire pour porter un nouveau coup à la résistance armée.

Les Forces armées angolaises (FAA) ont repris les hostilités le 4 juin, violant ainsi un cessez-le-feu applaudi par l’ONU. Au cours des 12 derniers jours, il y a eu un nombre record d’affrontements entre la FAA et les forces flec dans divers endroits à Cabinda, en particulier dans les zones de Massabi et Inhuca. Le régime angolais a toujours oublié une grande leçon d’histoire : « La force ne fait pas le bien, que les guérilleros ne sont presque jamais vaincus, qu’à long terme ces « David » battent les « Goliaths » par la stratégie de saturation. »

A noter que les étapes du dossier cabinda à l’ONU remontent aux années 1960, lorsque, le 6 octobre 1960, depuis le sommet de la Tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies, Stéphane Tshitshele, vice-président et ministre des Affaires étrangères du Congo-Brazzaville, a présenté le problème de cabinda à la Communauté internationale.

Le discours de Stéphane Tshitsele à l’ONU a censuré le Portugal pour l’intégration administrative de Cabinda en Angola, contre la lettre et l’esprit des traités – chinfuma, le 29 septembre 1883; chicamba le 26 décembre 1884; et simulambuco le 1er février 1885; ces traités ont été acceptés à la Conférence de Berlin, qui a élaboré le travail juridique de ce qu’on appelle la « harte colonial », un cadre de référence juridique dans le processus de décolonisation, dans lequel l’Angola et Cabinda sont considérés comme deux entités distinctes.

Et, suivant plusieurs autres étapes, l’ONU, par le biais de la résolution 1542 (XV) du 15/12/1960 considère Cabinda comme « un territoire autonome » ayant le droit à l’autodétermination; Quaison Sawey, le premier grand diplomate que l’Afrique noire a donné aux Nations Unies, a présenté la « question de Cabinda » au Conseil de sécurité des Nations Unies entre 1962 et 1963;

Toutefois, le Mouvement des forces armées (MFA), qui a mené le coup d’État militaire du 25 avril 1974 au Portugal, a ignoré ces résolutions dans le processus de décolonisation. Et les accords d’Alvor ont été conclus le 15 janvier 1975 entre le Portugal et les trois mouvements de libération angolais – MPLA, FNLA et UNITA. Les parties ont convenu, entre autres, de l’adhésion de Cabinda comme partie intégrante du futur État africain (art.3 des accords d’Alvor), sans le consentement préalable des indigènes de l’enclave.

C’est ainsi que l’accession de l’Angola à l’indépendance dans le contexte de la guerre froide, l’ONU se sentira dépassée et le dossier de cabinda se soumettra à la dynamique de l’éthique pragmatique, influencée principalement par de puissants tiers ayant des intérêts stratégiques en Angola.

Depuis lors, à de rares exceptions près, aucun gouvernement n’a osé s’immiscer dans les affaires intérieures de l’Angola sans représailles politiques. Le renversement de Pascal Lissouba, président du Congo-Brazzaville entre le 31 août 1992 et le 15 octobre 1997, est éloquent. Mais les efforts se sont poursuivis, et pour de nombreuses personnalités politiques et civiques, la lutte pour reconstituer les cabines dans leurs droits en tant que peuple est légitime et nécessaire.

Face à ces mesures, l’ONU s’est placée devant une morale codifiée, par laquelle elle se réserve rarement le droit d’influencer ou de mener le processus d’expression de la volonté d’un peuple appartenant à une entité qu’elle reconnaît. Votre position sur le dossier Cabinda est un vrai silence assourdissant.

Ce silence a grandement nui à la cause des peuples des territoires non autonomes, en particulier celui de Cabinda, qui se sent orphelin du processus de décolonisation de l’ONU, bien qu’exceptionnellement permise à l’ONU de mener des procédures « en cas de génocide, de crimes contre l’humanité, d’États défaillants

Le 8 novembre 1975, à la veille de l’accession de l’Angola à l’indépendance, elle prend les proportions d’un conflit armé.

Les dirigeants de Cabinda ont souvent été invités à engager un dialogue pour résoudre le conflit. Ou du moins, ils ont pris des initiatives dans cette direction, mais il existe un principe scientifique qui dit: « Chaque conflit a une solution tant que les deux parties ont un objectif commun. » Cependant, depuis près de 45 ans de tirs croisés, cet objectif commun entre l’Angola et Cabinda n’a pas encore été trouvé.

Les négociations menées jusqu’à présent sont des cérémonies ritualisées, dépouillées de toute implication de l’ONU ou du moins de l’UA, par les exigences du régime actuel de Luanda, et surveillées par le secret angolais, toujours engagée dans la stratégie de division pour mieux régner.

Outre la non-participation de la Communauté internationale, la fragilité de ces réunions se reflète d’abord et avant tout dans l’ostracisme : l’expulsion d’institutions et de personnalités clés et prestigieuses liées au processus lui-même, ou qui, du moins, se sont offertes d’offrir leurs services au processus; et, surtout, la persistance du dogmatisme et du centralisme de Luanda, qui a confisqué pour lui-même le monopole de la « question cabinda » – en tant que sorte de secret d’État – et exclut la possibilité de donner au peuple de Cabinda la possibilité de se prononcer sur son sort.

En désespoir de cause, certains auteurs politiques de Cabinda ont déserté la résistance armée a assumé l’engagement d’intégration dans les institutions angolaises et répondant à un vieux désir de la colonisation de Luanda, dans la figure d’António Agostinho Neto, selon lequel « ‘Angola est un peuple, une natio ».

Signé sous prétexte de pacifier Cabinda sous un statut spécial (EE) et ainsi libérer plus de ressources pour reconstruire et développer le territoire cabinda, le protocole d’accord s’est avéré être un projet méticuleusement déformé pour le bonheur de l’homme du régime « n plac », devenant ainsi une simple déclaration d’intention: oint avec des avantages élevés, les bourreaux ont continué à tirer profit économiquement des ressources naturelles de cabinda pandémie.

Par conséquent, les autochthonous de l’Enclave sont restés victimes des criminels patifarias déjà amnistiadas dans le soi-disant processus de paix, d’être torturé par « despotisme découlant d’une gouvernance propre à un État colonisé de type féodal ».

De là, nous voyons clairement une initiative d’un pseudo processus de paix qui, accro aux préjugés idéologiques et aux intérêts pétrophobes, s’est structuré dans la recherche d’une synthèse autour du statu quo, laissant place à une vision irréaliste de la « uessation Cabinda ».

Pour cette raison, le conflit est maintenant une réalité, et continue de récolter de nombreuses vies humaines. Les cabines sont marquées par ce long conflit. Il n’y a pas de famille à Cabinda qui ne soit pas marquée directement ou indirectement par les effets néfastes du conflit. Elles sont les marques de la décolonisation désastreuse et des échecs de la communauté internationale, de la discrimination et des injustices subies au cours des 45 dernières années, de ne jamais reconnaître leur droit inaliénable de vivre en tant que peuple.

En bref, le cadre politique et juridique actuel est compris comme une appropriation du territoire de Cabinda, ignorant ses habitants ou du moins les réduisant au statut de serviteurs de la gleba, qui, placée sous le contrôle étroit des forces de sécurité de l’État, ne peut se plaindre des problèmes de pauvreté, de maladie, de faim, de meurtre, d’injustice, d’exclusion sociale et de politique à laquelle ils sont élus.

Dans ce contexte, nous pouvons comprendre que l’autodétermination est d’une importance vitale pour la vie des habitants de Cabinda et sur la voie de la croissance de leur identité. En fait, le soleil quand il se lève est pour tout le monde, ce qui nous rappelle que le droit international est pour tous les peuples.

C’est pourquoi, à la suite de la déclaration d’António Guterres, c’est à cette question que le rôle central est le rôle central : « Que peut-on faire, encourager l’esprit humain des auteurs sociaux, en particulier du régime, et ainsi trouver le chemin d’une paix durable pour Cabinda ? »

Dans cet ordre d’idées, parler uniquement de paix n’a pas la possibilité d’attirer les habitants de Cabinda, à moins qu’ils ne se sentent touchés « par quelque chose de fascinant », comme la Vérité et la Justice qui garantissent un avenir digne à leurs enfants. Pour cette raison, l’ONU doit donc surmonter le silence auquel une certaine stagnation dictée par les intérêts de puissants tiers, même dans le pragmatisme politique, a voté pour elle.

Par conséquent, nous devons transcender une paix pour lutter contre la pandémie de Covid-19, et rouvrir le processus des peuples non autonomes, comme António Guterres l’a promis au début de son mandat de secrétaire général de l’ONU, et de tenir responsables les administrateurs de ces territoires qui, dans leur fureur contre le principe des peuples de se débarrasser d’eux-mêmes, se moquent même de ceux qui pour ce droit de débattre même les sacrifier.

Et espérons que la reconnaissance du conflit à Cabinda par António Guterres sera un pas vers l’ONU en assumant ses responsabilités dans le processus de restauration d’une véritable paix fondée sur la justice et la dignité des peuples pour le territoire de Cabinda.

(*) Militant des droits de l’homme

YouTube